01/12/2008

NEWS

Elections 2009 

green deal

Les écologistes pour un nouveau « Green deal » européen !

 

Pour Ecolo, le développement durable doit constituer la base de référence de toutes les initiatives prises par l’Union, ce qui implique la primauté des droits sociaux et environnementaux sur le libre-échange et la prédominance de l’intérêt général sur les règles de concurrence. Le modèle de production et de consommation européen (et plus largement occidental) n’est pas soutenable. Un changement radical des politiques actuelles menées dans les pays de l’UE doit être opéré. L’empreinte écologique de l'UE doit être fortement réduite pour répondre aux défis colossaux d’aujourd’hui et de demain (réchauffement climatique, épuisement des ressources renouvelables et non renouvelables, inégalités économiques au Nord comme au Sud, déséquilibre écologique mondial, …). La croissance ne peut plus constituer le seul critère pour définir et évaluer l’efficacité des politiques à mettre en œuvre.

 

Depuis leur création, les partis verts européens mettent en évidence l’ampleur du défi et insistent sur les mesures nécessaires à prendre. Pour eux, il est clair que l’UE constitue un cadre politique particulièrement approprié dans lequel les politiques susceptibles d’atteindre l’objectif vital de réduction de notre empreinte écologique pourront se coordonner et se développer efficacement. C’est aussi la condition pour que les États membres puissent jouer un rôle et peser dans l’orientation des décisions internationales en cette matière.

 

Une réponse à la crise globale dans son quadruple volet environnemental, financier, social et alimentaire requiert pour nous un nouveau "Green deal" européen. Les écologistes de toute l’Europe se présenteront unis devant les électeurs avec des engagements clairs qu'ils défendront au sein du Parlement européen comme dans les parlements nationaux et régionaux. Ce Green Deal pour l'Europe proposé par Ecolo est axé sur cinq priorités, chacune déclinée dans un ensemble de propositions opérationnelles :

 green deal2

  1. Sortir du modèle productiviste et amorcer une révolution verte en Europe

Les années qui viennent et plus particulièrement la prochaine présidence belge de l'UE constitueront un moment charnière au niveau des processus politiques de l'Union. La stratégie de Lisbonne qui se trouve au cœur des réformes économiques structurelles arrive à échéance en 2010. Il en va de même avec la stratégie européenne de développement durable. Ces deux cadres de référence doivent être revus et adaptés aux défis posés par la crise globale dans son quadruple volet environnemental, financier, social et alimentaire. C'est pourquoi ECOLO et les Verts européens proposent de subordonner le nouveau cycle de réforme économiques structurelles de l'Union à une Stratégie renforcée de développement durable, qui intègre pleinement le défi climatique et  met au cœur de l'agenda politique de l'Union l'économie verte et la révolution énergétique qu'elle implique. Les propositions développées par ECOLO et les Verts européens explicitent les instruments politiques nécessaires à une telle stratégie intégrée qui constituera la colonne vertébrale du nouveau green deal. Parmi ces propositions ECOLO et les verts européens préconisent :

  • La création d’une communauté européenne de l’énergie renouvelable sou forme d’une coopération renforcée. Cette nouvelle communauté pourrait jouer dans le futur de l’UE le même rôle de ciment que la Communauté Européenne du Charbon et de l’Acier a joué dans le passé.

 

  • Ecolo propose de fédérer en un seul texte ambitieux la stratégie de lancement d’un nouveau cycle de réformes économiques structurelles à partir de 2011 et la Stratégie communautaire de Développement Durable[1]. L’adoption de cette stratégie intégrée doit être l’une des grandes priorités de la Présidence belge du Conseil de l’UE durant la deuxième moitié l’UE en 2010.   

 

  1. Faire de l'Europe un levier d'émancipation économique et sociale

Le nouveau Green Deal implique un renforcement des solidarités au sein et à l'extérieur de l'Union et, dès lors, une lutte réellement ambitieuse et cohérente contre le dumping social et fiscal. Les huit propositions opérationnelles développées dans le programme d'ECOLO explicitent les instruments juridiques que les Verts entendent mettre en place pour ce faire. Il s'agit de réorienter les politiques monétaires et budgétaires au service de la transition écologique ; de mettre la régulation financière européenne au service d'une économie de projets ; de renforcer les instruments législatifs de lutte contre le dumping et l'évasion fiscale ; de renforcer la protection des travailleurs ; d'adopter un cadre juridique européen en faveur du déploiement des services d'intérêt général ; de mettre au cœur du débat politique belge sur l'Europe l'enjeu de la définition des missions d'intérêt général et de renforcer le dialogue social européen. Parmi les propositions développées dans cette optique ECOLO et les Verts européens préconisent :

 

  • de mettre en œuvre une régulation financière européenne au service d’une économie de projets.
  • de mettre au centre du débat politique belge sur l’Europe l’enjeu de la définition des services d’intérêt général.
  • la lutte sérieuse et efficace contre la fraude fiscale et les paradis fiscaux.

  

  1. Protéger les droits fondamentaux au sein de l'UE et renforcer le contrôle démocratique des politiques européennes

L'Union Européenne n'est pas seulement une Union économique. Elle est aussi un espace juridique  qui couvre désormais toute une série de domaines essentiels, dont notamment la citoyenneté de l’UE et la libre circulation des personnes ; la politique d’immigration, visas et asile ; la coopération judiciaire et policière dans les affaires civiles et pénales ; la lutte contre les discriminations ; la lutte contre la criminalité et le terrorisme. Face aux dérives sécuritaires et à la multiplication des dispositifs de contrôle social au sein de l’espace de l’UE, Ecolo et les Verts européens estiment qu’il est urgent de contrecarrer ces dérives, de transformer cet espace pour en faire un instrument de protection efficace des droits fondamentaux et de renforcer le contrôle démocratique des institutions européennes et des Gouvernements. C'est l'objet des cinq propositions spécifiques élaborées dans le programme.  Parmi ces propositions ECOLO entend :

 

o   Faciliter la transparence et la participation des acteurs sociaux aux processus politiques européens. 

o   Combattre les dérives sécuritaires au sein de l’UE dont témoignent les politique migratoires et de contrôle des frontières et la lutte communautaire de lutte contre le terrorisme : pour ce faire, Ecolo entend agir au sein du groupe des Verts au Parlement Européen et avec les organisations de défense des droits fondamentaux pour mobiliser, lorsque les circonstances l’imposent, les deux outils dont dispose le Parlement européen pour contrer ces dérives : la Cour de Justice et l’Agence des Droits Fondamentaux.

 

  1. Politique extérieure commune : l'Europe comme acteur d'une autre mondialisation

Les citoyens belges souhaitent majoritairement que l’UE parle d’une seule voix en matière de politique extérieure. Pour Ecolo, le renforcement du volet extérieur des politiques de l'Union est une composante incontournable du nouveau Green Deal. On ne peut cependant pas faire l’économie d’une réflexion quant au contenu que l’Europe pourrait donner à cette expression commune : quelles valeurs et quels projets porte l’UE ? Les propositions développées sur la politique de défense et de sécurité commune, sur la politique commerciale commune et sur la politique de coopération au développement commune entendent refonder la politique extérieure européenne sur un paradigme basé non pas sur la concurrence internationale, mais sur la coopération internationale au service de la protection des droits fondamentaux et de la sécurité humaine. Les propositions d'ECOLO et des Verts européens énumèrent les réformes minimales nécessaires à la réorientation de la politique extérieure européenne. Parmi ces propositions ECOLO et les Verts européens préconisent :

 

  • Une autre vision de la politique de sécurité et de défense commune fondée sur le respect des droits fondamentaux et sur le concept de sécurité humaine qui exige la prise en compte des risques et menaces non conventionnelles telles que la pollution, le changement climatique, la distribution inéquitable des ressources, la pauvreté et la violation des droits fondamentaux. 
  • Refonder la Politique Commerciale Commune sur base d’une hiérarchie des normes selon laquelle les normes en matière de droits sociaux et environnementaux et les accords pour la sauvegarde du climat priment sur les intérêts commerciaux.

 

  1. Réformes institutionnelles : pour une Europe qui s'assume et va de l'avant

Les Verts européens préconisent un renouveau de l'élan fédéraliste. Pour ce faire, il est nécessaire de ratifier le traité de Lisbonne et de manière complémentaire de mettre en place des coopérations renforcées pour les pays qui souhaitent approfondir leur degré d'intégration comme par exemple la mise en place d'une communauté européenne de l'énergie renouvelable, qui est une des  propositions commune de l'ensemble des Verts européens. L'élan fédéraliste passe également par des propositions concrètes qui visent à rapprocher les institutions avec les citoyens. ECOLO et les Verts européens préconisent notamment :

 

  • L’intégration des Balkans et de la Turquie à l’UE sous condition du respect stricte des critères de Copenhague et dans le cas de la Turquie d’une résolution de la question de Chypre.
  • La mise en place d’un système de double majorité États membres et consultation simultanée des citoyens dans l’ensemble des États membres pour les ratifications des futures modifications des traités de l’UE. 

 

*****************************************************************************

DES FIGURES POUR PORTER CE PROJET

 

L’assemblée générale d’Ecolo réunie à Liège ce dimanche 30 novembre 2008 a élu :

En tête de liste, par 195 voix sur 275 (70%) exprimées au 3ème tour :

isabelle

Isabelle Durant, successivement conseillère au groupe Ecolo du Parlement bruxellois puis Secrétaire fédérale (1994), Vice-première Ministre et Ministre de la mobilité (1999) puis sénatrice (depuis 2003) et actuellement co-Présidente d’Ecolo (depuis 2004).

2ème effectif pour le siège de combat :

philippe

Philippe Lamberts, qui a notamment été conseiller communal à Anderlecht entre 1999 et 2006, année au cours de laquelle il a été désigné comme l'un des porte-parole du Parti Vert européen. Antérieurement, il a également été conseiller d’Isabelle Durant sur les questions internationales et la défense quand celle-ci était Vice-première Ministre du Gouvernement arc-en-ciel.

En tant que 1ère suppléante :

inès

Inès Trépant, 38 ans, conseillère en affaires économiques et monétaires au sein du Parti Vert européen.

2ème suppléant

olivier

Olivier Biérin, 24 ans, coordinateur au sein des jeunes d’Ecolo J Liège.

 

 

09:59 Écrit par ECOLO Thimister-Clermont dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

green deal C'est dommage que vous prêchez depuis des décénnies dans le désert. C'est effarent de constater comme les autres partis, et le CDH avec son mentor Antoine y est champion toutes disciplines confondues, sortent à chaque fois quelques mois avant les élections leur costume vert pour se donner bonne conscience et surtout pour paraître devant le grand public comme ceux qui ont (enfin) compris! Par contre ceci ne les empêche pas à continuer de défendre l'énergie nucléaire contre vent et marée, une consommation et une économie du "toujours plus au plus vite" et une politique sociale qui n'arrête pas de creuser le fossé immense qui existe entre les plus riches de notre société et ceux qui n'ont pas la chance de pouvoir faire leurs courses de Noël et qui doivent se contenter du simple "lèche vitrine".
Joyeuses fêtes de fin d'année quand même à tous vos membres et sympatisants.

Écrit par : un citoyen lucide | 09/12/2008

Les commentaires sont fermés.