12/03/2008

VIVE LA JEUNESSE !

Appel à pétition

La locale ECOLO THIMISTER-CLERMONT apporte tout son soutien à cet appel à pétition. En 1963 Charles TRENET chantait déjà dans sa chanson "Jeunesse plumée" :

"Il y a toujours des gens qui n'aiment pas la jeunesse, pour qui d'avoir vingt ans et de vivre sans un sou est un péché dont le bonheur les rend fous."
 

jeunesse_affiche

 

Les jeunes ne sont  ni des parasites

ni des nuisibles pour notre société !

 

Signez la pétition ici >>

 

La présente pétition a pour objectif clair et affirmé de faire interdire sur le sol belge et européen le système anti-jeunes appelé "Mosquito". Ces boîtiers, commercialisés par une entreprise anglaise, qui sont destinés à éloigner les adolescents indésirables par l’émission d’un son strident que seules les jeunes oreilles peuvent percevoir. (édition du journal "Le Soir" de ce mardi 4 mars 2008. 3500 boitiers seraient déjà installés en Grande-Bretagne !)

 

L'asbl "Territoires de la Mémoire, centre d'éducation à la tolérance et à la résistance", affirme aujourd'hui que la simple commercialisation d'un tel "répulsif à jeunes" est digne des idées fascistes les plus cyniques.

 

Une société qui a peur de sa propre jeunesse au point d'en autoriser la torture physique et mentale est une société névrosée, sclérosée et suicidaire. Au-delà de toute question technique à propos de la soi-disant "non nuisance" à la santé publique, le système "Mosquito " est tout simplement contraire aux Droits humains les plus fondamentaux ! Nous ne pouvons l'accepter !

 

En réponse à la délinquance, notamment des jeunes, seule une politique d'éducation et d'accompagnement est à mener.

 

Construisons l'avenir, ne désespérons JAMAIS de la jeunesse ! 

 

 

 

Pour Résister aux idées d'extrême droite
portez le pin's Triangle Rouge, symbole des résistants et des prisonniers politiques dans les camps de concentration nazis.

17:00 Écrit par ECOLO Thimister-Clermont dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.