28/05/2007

Billet d'humeur de Thomas GUNZIG (avec l'aimable autorisation de l'auteur)

Le poids de la fonction

 

Dites, vous avez vu ? Al Gore est venu à Bruxelles. Oui, Al Gore, celui que c'est un peu comme le président des Etats-Unis, mais en plus gentil. Al Gore, celui qui parle du climat, celui qui gagne des oscars à Hollywood et que du coup, c'est vraiment trop classe quand il vient vous dire bonjour.

 

Moi, je trouve toujours ça formidable quand les grands de ce monde viennent en Belgique... Ça me rassure, ça prouve qu'on existe vraiment et qu'on n'est pas comme ce type dans le "Sixième sens", ce film où personne ne lui parle jamais et où il se rend compte à la fin que c'est parce qu'il est mort et que donc personne ne le voit... Sauf un petit garçon un peu collant. Vous imaginez un peu si la Belgique était comme ça. Personne qui n'y viendrait jamais. Sauf le prince Laurent qui serait le seul à nous voir et à nous parler....

al gore2

 

Bon, donc, Al Gore est venu nous rendre visite. Ouf, on est vivant, on existe... Mais Al Gore qui vous rend visite, c'est quand même un peu comme un examen, parce qu'il va regarder partout pour voir s'il fait bien propre et si on ne pollue pas... Donc nous, on a tout bien fait : on est allé le chercher à l'aéroport en Lexus hybride, on lui a fait tout un tas de promesses pour lui dire qu'on était concerné, on a un peu fait nos dikkeneke, avec ces histoires de climat. On ne lui a surtout pas dit qu'en fait, le climat, on s'en fout un peu, qu'on a nos problèmes belges qu'on gère comme on a envie : est-ce qu'on va fédéraliser les soins de santé ? Est-ce qu'il y aura un examen linguistique pour les parents qui veulent inscrire leurs enfants dans les écoles flamandes ? Est-ce qu'on doit écrire Brussels ou Bruxelles à l'entrée de la capitale ? Des vrais problèmes, quoi !

 

Je me demande ce qu'il aurait pensé, Al Gore, si on lui avait parlé de tout ça. On ne lui a pas parlé de ça et on ne lui a pas dit non plus que chez nous, les hommes politiques, s'ils veulent bien parler du climat de temps en temps, ce qu'ils aiment surtout, ce sont les grosses voitures de fonction. Ben oui quoi, ce sont des êtres humains après tout.

 

Marc Verwilghen, notre ministre fédéral à l'Energie, lui il a une Audi Q7. Une Audi Q7 ! Elle est chouette, elle fait un peu char Sherman, ça fait un peu débarquement, Normandie et tout, mais elle est chouette... 50 000 euros... Sans options... 282 grammes de CO2 au kilomètre.

audi Q7

 

Mais tout le monde aime les grosses voitures de fonction : Guy Verhofstadt, Laurette Onkelinx, Rudy Demotte, eux ils ont une Audi A8 4,2L TDI... De la toute belle mécanique, ça ! Et à l'intérieur vous avez l'impression d'être dans une petite villa quatre façades, toute calme, mais qui roule... 84 000 euros, sans les sièges massants et la finition Alcantara... 242 grammes de CO2 au kilomètre...

audi A8 4.2l

 

Didier Reynders et André Flahaut, eux, ils ont la même : une magnifique Mercedes S350 et personnellement, ça aurait été aussi mon choix... Ce côté à la fois racé et agressif, c'est tout moi... 80 000 euros, sans les éléments décoratifs en pierre Labrador "Blue Pearl" ni l'effet piano laqué à 4 000 euros, mais avec 242 grammes de CO2 au kilomètre.

mercedes S350

 

Elio Di Rupo et Michel Daerden, qui, il y a quelques jours encore, chantaient : "Debout les damnés de la terre, debout les forçats de la faim", eux ils sont plutôt assis dans une Audi A8 3L... 75 000 euros... 224 grammes de CO2 au kilomètre...

Audi A8 3L

 

Bon, si je prends six de ces voitures et que j'additionne ça fait : 50 000 (Marc Verwilghen) + 84 000 (Guy Verhofstadt) + 80 000 (Flahaut) + 75 000 + 75 000 (Di Rupo et Daerden), ça fait... 439 000 euros... Pour six ministres ! Une moyenne de 73 000 euros le ministre. Combien y a-t-il de ministres en Belgique ? Je vous avoue que j'ai eu du mal à compter, mais je suis arrivé à 35. Trente-cinq fois 73 000 ça fait 2 555 000 euros... Et en émission de CO2 ? Et bien les voitures de ministres émettent en moyenne 220 grammes de CO2 au kilomètre, ce qui veut dire que quand l'ensemble des gouvernements belges font un kilomètre, ils émettent : 7 kilos 700 de CO2. Pour ceux qui ne voient pas, c'est le poids d'un épagneul adulte. Sur cent kilomètres : cent épagneuls en CO2.

Imaginez maintenant qu'on remplace toutes ces voitures de fonction par une Logan. Elles sont bien les Logan. 4 portes et tout et tout... 7 500 euros, 166 grammes de CO2 au kilomètre. Faites le calcul... On économiserait 2 292 500 euros Et les gouvernements émettraient un caniche de CO2 en moins, Je veux dire deux bons kilos... 2 292 500 euros d'économie juste en changeant de voiture...

 

Dite, à ce propos, ça a été la Foire du livre : on a vu les ministres se féliciter de la bonne santé des lettres belges. Ils ont raison, les lettres belges sont en bonne santé. En 2004, la totalité des aides aux auteurs en Communauté française s'élevait à 146 000 euros. Deux Audi sans option. Et en matière d'émission de CO2, l'auteur belge sait rester modeste. Enfin, je dis ça, mais après tout, ils font ce qu'ils veulent avec l'argent public... Ils sont ministres quand même...

© La Libre Belgique 2007

Thomas GUNZIG (09/03/2007)

13:20 Écrit par ECOLO Thimister-Clermont dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

Commentaires

Bravo Monsieur Grunzig! En tant qu'abonné du journal "Le Soir" j'ai toujours un immense plaisir de lire vos billets dans mon journal préféré. Ceci n'empêche en rien l'immense plaisir que j'ai resenti en lisant ce merveilleux texte publié dans la "Libre" (et découvert tout à fait par hasard sur ce site vraiment bien fait). J'y reviendrai de temps en temps jeter un coup d'oeil, c'est promis.

Écrit par : J. Stas | 28/05/2007

Bagnoles et CO2 Avez-vous déjà vu certaines voitures avec lesquelles se promènent nos élus communaux ?

Écrit par : R.H. T-Cl. | 28/05/2007

EXCELLENT Il y en a qui parlent et il y en a qui agissent. Toutes mes félicitatiions Monsieur Gunzig pour ces lignes pertinentes.

Écrit par : Panda | 01/06/2007

Ce qu'on dit n'est pas ce qu'on fait Ce texte montre suffisamment le décalage qu'il y a entre les bonnes paroles des hommes politiques des partis traditionnels tenues devant les caméras de Télévision et des actes quotidiens. Jusqu'à ce jour il y a effectivement qu'un seul parti dont les actes sont en concordance avec les paroles. Pour tous les autres il ne s'agit que d'effet d'annonce en public. Il suffit pour cela de regarder leur position sur l'énergie nucléaire. Le CDH est pour la sortie, mais ne dit pas quand; le MR fait ce que les multinationales et Electrabel lui disent de faire; pour le PS cela dépend de celui qui parle au nom du parti (Mr Di Rupo ou Mme Lizin). Courage. Un jour ils comprendront tous ou faut-il encore un deuxième Tchernobyl ?
Good luck pour dimanche.

Écrit par : un électeur averti en vaut deux | 07/06/2007

C'est tellement vrai... Génial ce texte ;-)

Écrit par : -Miss Van- | 19/07/2007

Les commentaires sont fermés.